Fiche métier-A

Benoît

Separateur3points

VP PRODUCT @DEEZER

 

Hello Benoît, en quoi consiste ton job de VP Product chez @DEEZER ?

En temps que VP Produit mon travail est de leader une équipe de brillants Product Managers afin qu’ils/elles aient les bons process, les bons outils, les bonnes soft & hard skills, pour mener à bien leurs missions et bien faire leur métier.
Il faut comprendre nos utilisateurs, leurs envies, leurs problèmes et implémenter, avec les équipes Tech, les meilleures fonctionnalités pour faire de leur produit un succès.
Cela peut sembler facile, mais en réalité dans le digital c’est extraordinairement compliqué.

Quelles sont précisément tes missions ?

Mon travail est très varié !
Je passe la plupart de on temps avec mes équipes, et nos équipes « sœurs » Design & Tech, pour résoudre de nombreux problèmes quotidien (priorisation, gestion de crise, etc). Je suis en dialogue permanent avec le reste de l’entreprise pour prendre leur besoin, leur retour et faire de la communication sur notre travail. Egalement de la vielle, directe avec nos concurrents, adjacente avec les géants du streaming video par exemple, pour comprendre où vont toutes ces startups. Enfin, le Produit étant un métier relativement jeune, je passe beaucoup de temps à imaginer et concevoir de nouveaux process/nouvelles méthodologies.

Comment sont constituées tes équipes ? Combien de personnes manages-tu et quels sont leurs profils ?

Mon équipe est continuée de « Head Of » (les managers) et de Product Managers. Nous sommes 22 aujourd’hui avec exactement autant de femmes que d’hommes et 6 nationalités différentes dans l’équipe. Il était important pour moi de constituer un groupe qui ressemble à nos utilisateurs, c’est à dire mixte, multiculturel, venant du monde entier.
Les gens qui composent mon équipe viennent essentiellement d’école de commerce mais certains viennent d’école d’ingénieur comme moi.

Avec quels services travailles-tu au quotidien ?

Tous ! Quand on travaille dans le produit on parle à tout le monde, de la tech au marketing, de la finance au business.
Pour concevoir un bon produit nous devons être en contact régulier avec tout le monde dans l’entreprise. Il y a des équipes avec qui nous avons des contacts permanents: La User Research, le Design, la Tech. Et d’autres avec qui nous avons des contacts hebdomadaires. Je dirais les autres services.

Quelle formation conseilles-tu pour exercer ton métier ?

Par définition il n’y a pas d’école de Product Management, comme nous pouvons retrouver des écoles de commerces ou des écoles d’ingénieurs.
Ces 2 options sont valables pour devenir un bon Product Manager, mais finalement l’école compte peu.
C’est l’expérience, le mindset et la volonté qui font la différence et prime, surtout si on veut devenir un Product Leader.

Quelles compétences sont nécessaires ? (Hard/Soft Skills)

Le plus important pour être un bon Product Manager, c’est l’empathie.
Il faut savoir se mettre dans la peau de son utilisateur pour le comprendre et lui proposer des solutions adaptées à ses besoins et ses envies.
Presque aussi important : La communication est la clé du succès ! Faciliter le dialogue entre les gens pour bénéficier de l’intelligence collective autour de soit et prendre les bonnes décisions. Savoir désamorcer les conflits est obligatoire, enfin, communiquer ses résultats, sa roadmap et sa vision sont un effort de tous les jours.

Qu’est-ce qui fait la différence dans ton métier ? Quel est ton petit plus ?

Indéniablement la passion !  J’ai travaillé dans diverses domaines et j’ai toujours transmis ma passion aux produits que je construisais. Les meilleurs Products Managers et Leaders sont des gens passionnés. Ils ont un rapport quasi-personnel avec leur produit. Ils ne transigent pas avec les performances et la qualité de celui-ci. Ils ont toujours une vision claire et ambitieuse de leur produit.

Quels conseils avisés donnerais-tu à quelqu’un qui veut exercer ce job ?

Juste lance-toi. Le Product Management est l’une des disciplines du digital les plus facile à expérimenter, et à laquelle se former.
Trouve une idée, parle aux gens, pivote, cherche la bonne solution et grâce à tous les outils No-Code du web, commence un mini prototype.
C’est le meilleur moyen d’expérimenter et de comprendre le quotidien d’un Product Manager mais également de commencer à se créer un portfolio de produit.

Qu’est-ce qu’on ne dit pas sur ton job et que tu t’apprêtes à nous confier ? ;)

A quel point c’est un métier bouillonnant, difficile, mais surtout passionnant. Entre les rituels agiles, les nouveaux produits ou fonctionnalités à concevoir, le futur à planifier, etc… On ne s’ennuie jamais.

Merci pour ton témoignage & tes précieux conseils Benoît !

Separateur3points


Widget not in any sidebars
En savoir plus

François

Separateur3points

Sales Manager France and South Europe @FOXIT

 

Hello François, en quoi consiste ton job de Sales Manager France & South Europe chez @Foxit ?

Je travaille chez Foxit Software, Editeur de logiciels autour du PDF. Nous sommes N2 Mondial derrière Adobe, l’acteur historique. Dans ce contexte, mon job consiste à leur ravir la première place ;)
En d’autres termes :
>80% du temps : je développe du new business sur le territoire France et Europe du Sud, avec pour cibles les top entreprises (CAC 40, etc…
>20% du temps : je gère des clients existants pour détecter de nouvelles opportunités commerciales

Quelles sont précisément tes missions ?

1. Une mission de vente directe 
La mission de mon équipe est de gérer l’ensemble du cycle de vente. Concrètement, nous appliquons une méthode en entonnoir qui se décompose comme suit :
>Cibler des entreprises ayant une appétence ou un besoin concernant l’édition de PDFs
>Identifier les bonnes personnes au sein des entreprises
>Entrer en contact avec elles. Pour cela, nous travaillons avec des outils tel que Linkedin Sales Navigator, mais aussi de l’emailing BtoB, comme Salesloft, ou même Hunter.io pour reconstituer des adresses emails ! Il faut être tenace et créatif sur cette étape, qui est souvent le parent pauvre du New Biz !
>Comprendre leurs enjeux, les forces en présence, et adopter le bon discours commercial en fonction
>« Closer » le plus de deals possibles

2. Une mission de vente indirecte 
Approcher des partenaires qui ont une présence commerciale chez mes prospects, établir des accords avec eux pour qu’ils nous revendent chez leurs clients.

Comment sont constituées tes équipes ? Combien de personnes manages-tu et quels sont leurs profils ?

Les équipes sont constituées par métier (ventes, marketing, IT..) et par pays.
Je manage deux personnes : une qui prend des RDVs pour moi, par email ou téléphone et une autre qui gère des contrats de petite taille.

Avec quels services travailles-tu au quotidien ?

Je travaille ponctuellement avec le marketing, qui appuie nos actions commerciales et prend des initiatives pour développer notre présence sur nos marchés et notre notoriété. Plus fréquemment, presque quotidiennement, je m’appuie sur une équipe d’ingénieurs pour répondre aux questions les plus techniques, mais aussi pour accompagner nos clients sur des tests de nos solutions.
Enfin, notre service financier crée du liant entre les différents services pour valider et appliquer les contrats, puis livrer au client ce qu’il doit recevoir.

Quelle formation conseilles-tu pour exercer ton métier ?

Une école de commerce est la formation de base pour cela. Mais rien de vaut la formation du terrain avec de bons managers pour bien démarrer !

Quelles compétences sont nécessaires ? (Hard/Soft Skills)

Les compétences requises sont d’ordre technique, et métier. Côté technique, il faut maîtriser l’environnement logiciel (grands enjeux du marché, environnements technique, etc…). Sur l’aspect métier, il faut avoir une base des techniques de vente : écoute active, traitement des objections, négociation….

Qu’est-ce qui fait la différence dans ton métier ? Quel est ton petit plus ?

Il faut avoir de la structure et de l’énergie. Ce que je dis toujours, c’est que mes deux piliers sont la méthode et l’attitude. La méthode permet d’avoir des standards de qualité et de ne pas s’appuyer sur le hasard : on sait où l’on en est par rapport à des critères préétablis. L’attitude concerne l’énergie et la passion, qui sont selon moi nécessaires pour écouter, comprendre et convaincre !

Quels conseils avisés donnerais-tu à quelqu’un qui veut exercer ce job ?

De vraiment s’intéresser à ce qu’il/elle vend , à son marché, aux gens à qui il/elle vend : c’est le premier pas pour être convaincant(e) !

Qu’est-ce qu’on ne dit pas sur ton job et que tu t’apprêtes à nous confier ? ;)

Que ça reste un milieu difficile : il y a beaucoup de mensonges, de non-dits, de déceptions, de pression, de portes fermées aux visages. Mais quand on gagne, ça rend la victoire encore plus belle !

Merci pour ton témoignage & tes précieux conseils François :)

Separateur3points


Widget not in any sidebars
En savoir plus

Alice

Separateur3points

Head of Brand France @MADE.COM

 

Hello Alice, en quoi consiste ton job de Head Of Brand chez @MADE.COM ?

Je suis Directrice de la marque MADE.COM, pour le marché français. En d’autres termes, je participe à implanter la marque MADE au sein du paysage français des autres marques de déco & lifestyle. Pour ce faire, nous nous employons à créer des histoires et des expériences de marque qui soient juste par rapport à ce que MADE est, juste par rapport au marché et aux tendances.

Quelles sont précisément tes missions ?

Travailler le positionnement de MADE, sa mission, ses valeurs et la promesse qu’elle peut apporter à notre communauté de clients.
Travailler la brand awareness & la brand consideration en m’appuyant sur les leviers suivants : RP & partenariats, marketing d’influence, expérience dans nos showrooms et présence en medias (offline & online).
Enfin, je travaille également sur des sujets connexes qui viennent nourrir la marque et sa mission, tels que notre politique RSE et notre politique RH.

Comment sont constituées tes équipes ? Combien de personnes manages-tu et quels sont leurs profils ?

Pour chacune des missions évoquées ci-dessus, j’ai la chance d’avoir des équipes qui m’accompagnent au quotidien pour sortir les projets.
Je manage une équipe de 11 personnes qui se compose comme suit :
>RP & Partenariats avec une personne qui vient notamment du monde des agences RP Design. C’est grâce à elle que je grandis chaque jour et apprends de nouvelles choses dans l’univers du design. Et nous avons aussi une formidable stagiaire qui nous aide au quotidien sur ces missions la.
>Influence : 3 personnes travaillent sur notre communauté Instagram et Youtube prioritairement. Nous développons aussi Pinterest qui est un formidable terrain de jeu d’expression pour nous.
>Showrooms : avec deux showrooms, l’un à Paris et l’un à Lyon, et en tout 14 personnes qui les animent au quotidien, les deux showrooms managers travaillent avec moi sur les sujets de visual merchandising, expérience de marque dans le showroom, relation client.
>Investissements medias: il y a dans l’équipe une Campaign Manager qui vient d’agence média, la aussi une forte expertise pour nous aider à construire notre plan media et à choisir les canaux les plus pertinents pour nous.
>Un pôle créatif en interne dédié au marché français : avec 2 concepteurs rédacteurs et 1 directeur artistique. C’est grâce à eux que nous réussissons à mettre en mots et en images tout le travail fait en coulisse autour de la marque.

Avec quels services travailles-tu au quotidien ?

Avec les services Trading (ceux qui tiennent la boutique en ligne), le service Performance (ceux qui gèrent l’acquisition) et bien sur avec le département créa que nous avons en interne puisque chez MADE nous avons la particularité d’avoir tout internalisé.
En réalité il y a encore plus de monde avec lequel je travaille au quotidien car lorsque cela touche à la marque, in fine, nous sommes en transverse sur beaucoup de sujets.

Quelle formation conseilles-tu pour exercer ton métier ?

Me concernant je suis diplômée du CELSA après avoir fait deux années de classe préparatoire littéraire. Toutefois j’aurai tendance à dire que pour faire ce métier, il n’y a pas forcément de trajet spécifique à emprunter. Avoir un parcours littéraire est bien sur utile au quotidien mais ce que j’aime justement dans mon métier c’est qu’il s’enrichit des différents parcours des uns et des autres. Après avoir fait le CELSA je suis allée en publicité pendant 9 ans. Les personnes avec lesquelles je travaille au quotidien et mes homologues ont quant à eux fait un passage par la mode, par le cinéma ou par la musique. Rien à voir avec mon parcours mais un point en commun : la curiosité et l’intérêt très vif pour les histoires de marque.

Quelles compétences sont nécessaires ? (Hard & Soft Skills)

Je dirai en premier lieu la curiosité ! S’intéresser à tout, au sein de la catégorie pour laquelle on travaille mais aussi et surtout en dehors de cette catégorie est très important. C’est en se nourrissant des retours d’expériences d’autres marques que l’on fait grandir la sienne.
Il faut avoir aussi un esprit synthétique pour arriver à digérer tout ce que l’on voit autour de nous et le transformer en une histoire pour notre marque. Rigueur, méthodologie et précision sont aussi très importants pour ne pas s’éparpiller.
Et enfin chez MADE, il faut parler anglais !

Qu’est-ce qui fait la différence dans ton métier ? Quel est ton petit plus ?

La créativité mêlée à la dimension littéraire. J’ai la chance de travailler à la fois les mots et les images.

Quels conseils avisés donnerais-tu à quelqu’un qui veut exercer ce job ?

Apprends à t’écouter et à suivre ton instinct. Et sache bien t’entourer, tout seul tu n’y arriveras pas.

Qu’est-ce qu’on ne dit pas sur ton job et que tu t’apprêtes à nous confier ? ;)

Depuis un an que je suis chez MADE.COM, j’ai redécoré mille fois chacune des pièces de ma maison … Depuis mon fils et mon mari me prennent pour une dingue de l’aménagement d’espace ;) !

Merci pour ton témoignage & tes précieux conseils Alice !

Separateur3points


Widget not in any sidebars
En savoir plus

Natacha

Separateur3points

Head Of Digital @SmurfitKapa

 

Hello Natacha, en quoi consiste ton job de Head Of Digital chez @SmurfitKapa ?

Mon job c’est de répondre à la question : comment fait-on pour transformer notre entreprise, par où commence t-on.
Parce que je suis partisante du fait que la transformation numérique n’est pas juste l’intégration pures des technologies dans l’entreprise, je mets en place un accompagnement théorique et pratique qui permet de prendre les bonnes « décisions digitales » en accord avec la stratégie métier de l’entreprise.

Quelles sont précisément tes missions ?

Actuellement, j’interviens majoritairement sur deux axes de transformation : business & humain.
J’applique une roadmap digitale sur ces grands axes et mon objectif principal c’est d’écouter, de comprendre et d’analyser le besoin pour proposer des solutions techniques en marketing digital par exemple, en méthode de travail comme l’agilité puis de m’assurer que ces pratiques sont et seront bénéfiques.

Avec quels services travailles-tu au quotidien ?

L’avantage de mon métier, c’est que je peux travailler avec tous les services de l’entreprise, ce qui le rend très riche d’enseignements !

Quelle formation conseilles-tu pour exercer ton job ?

Une formation supérieure mêlant technique, commerce et communication, ainsi que beaucoup de pratique à travers les stages par exemple ou du volontariat.

Quelles compétences sont nécessaires ? (Hard & Soft Skills)

Je dirai que pour exercer le métier de head of digital, il faut des qualifications qui sont celles que l’on prête à la transformation digitale :
– Un background technique (dev/web/infra)
– Un bon sens de la comm et du marketing dans son aspect commercial
– Une capacité à fédérer et gérer des projets de bout en bout comme un vrai coach
Côté perso, il est impératif pour moi d’avoir une vraie culture numérique, de maîtriser le lexique de la transformation. Une curiosité pour la tech et sa littérature, ainsi que le digital général sont aussi des bons points.

Qu’est-ce qui fait selon toi la différence dans ton métier ? Quel est ton petit plus ;) ?

La créativité ! C’est une très bonne base d’innovation et c’est aussi une compétence qui permet de résoudre un tas de problème et d’emporter l’adhésion des équipes.

Quels conseils avisés donnerais-tu à quelqu’un qui veut exercer ce job ?

Que l’invention de l’ampoule électrique n’est pas née de l’innovation continue de la bougie !
Ce n’est pas de moi, mais c’est mon mantra et c’est un très bon remède face aux doutes dans ce métier.

Qu’est-ce qu’on ne dit pas sur ton job et que tu t’apprêtes à nous confier ? ;)

Que c’est un job déterminant dans les deux sens du terme.
Il est déterminant pour l’entreprise qui prend son virage et déterminant personnellement et professionnellement pour la personne qui le fait.
Bon courage ;)

Merci pour ton témoignage & tes précieux conseils Natacha !

Separateur3points


Widget not in any sidebars
En savoir plus

Thomas

Separateur3points

Social Media Manager @Pernod-Ricard

 

Hello Thomas, en quoi consiste ton job de Social Media Manager chez @Pernod-Ricard ?

Je suis en charge d’assurer la visibilité de nos marques sur les réseaux sociaux, en définissant leur ligne éditoriale pour ces supports, en créant de nouveaux contenus & en gérant leurs calendriers de publication. Egalement je gère le volet influence, qui consiste à obtenir des publications au sujet de nos marques sur des supports d’influenceurs divers (blogs, instagram…). Ceci passe par la création d’expériences originales autour de nos produits, l’immersion d’influenceurs pertinents dans différents événements et la gestion de nos relations avec ceux-ci.

Enfin, le dernier et non moins important volet est celui qu’on appelle le « Hero Content » : j’ai à charge la création, en lien avec les équipes marketing, de vidéos adaptées à une médiatisation web et répondant aux objectifs marketing liés aux produits. Une fois que ces missions sont réalisées, le travail se prolonge à travers l’analyse et l’interprétation des résultats, pour voir si nous avons atteint nos objectifs et surtout comment nous pouvons faire pour continuer à nous améliorer.

Ce travail se fait avec l’aide d’un Assistant Social Media Manager et avec celle de différentes agences avec qui je traite pour créer et organiser les contenus ou les projets.

Comment sont constituées tes équipes ?

Notre équipe dépend directement de la direction Marketing. Elle est gérée par une Digital Manager, qui a deux personnes sous sa responsabilité : un Chef de projet digital et moi-même : Social Media Manager. Une Assistante Social media Manager vient compléter l’équipe pour m’épauler sur toutes ces super-missions !

Avec quels services travailles-tu au quotidien ?

L’équipe digitale bosse en transverse avec tous les services de la société ! En collaboration directe avec les équipes marketing pour leur faire nos recommandations sur la mise en avant de leurs produits, en binôme avec les équipes communication pour amplifier leurs dispositifs événementiels et avec les équipes du Trade Marketing pour assurer la digitalisation de leurs interventions auprès de nos partenaires. On adoooore également travailler avec les équipes des RH pour gérer nos congés ;)

Quelle formation conseilles-tu pour exercer ton job ?

Il n’y a pas de formation clé pour accéder à ce métier… Pour ma part je conseillerais de passer par une formation en communication globale pour connaître toutes les problématiques qu’une marque peut rencontrer. Il peut ensuite être intéressant de se spécialiser dans les stratégies de marques ou dans des formations plus digitales, mais un socle plus général permet d’avoir une vision plus large de ce métier et de ses enjeux dans un dispositif de communication. Au-delà de tout ça, l’essentiel repose sur la pratique : pour ceux qui seraient intéressés par ce métier, faîtes des stages et des alternances ! Ce sont ces expériences qui vous formeront et vous donneront le CV nécessaire pour candidater et assurer une fois en poste !  Pour commencer à baigner dans le domaine et prendre les bons réflexes, rien de mieux que de trouver un stage en Community Management qui permettra à toute personne intéressée par ce métier d’apprendre les bases et les bons réflexes.

Quelles compétences sont nécessaires ?

Avant de gérer un réseau social et des influenceurs, un Social Media Manager gère la visibilité d’une ou plusieurs marques et doit comprendre comment on construit leur discours et quels leviers elles peuvent exploiter pour se valoriser. Il faut donc une bonne capacité d’analyse, de la créativité et un esprit malin pour trouver tous les ressorts intéressants ! Des notions en Planning Stratégique / Stratégies de marques sont aussi indispensables. Les Social Media Managers encadrent les supports les plus en lien avec les consommateurs, car étant des plateformes conversationnelles : il faut être en mesure de comprendre ses cibles, d’extraire des insights à communiquer en interne pour améliorer notre discours et de créer les contenus les plus engageants possibles.

Enfin et surtout, les capacités relationnelles : on ne peut pas prendre en charge les média sociaux d’une marque et organiser des événements avec des influenceurs sion ne sait pas créer le dialogue et engager ses interlocuteurs avec son discours !

Qu’est ce qui fait la différence dans ton métier ? Quel est ton petit plus ?

Spontanément je dirais ma bonne humeur et mon enthousiasme : j’aime ce que je fais et les produits pour lesquels je travaille, ce qui me donne envie de lancer des projets ambitieux et me permet de chercher sereinement des solutions quand on rencontre un problème.

Quels conseils avisés donnerais-tu à quelqu’un qui veut exercer ce job ?

Curiosité et ouverture d’esprit ! La curiosité parce qu’il est essentiel de toujours rester en veille sur les nouveautés. Le domaine et les pratiques évoluent vite et si on ne veut pas passer pour un octogénaire qui découvre un smartphone après deux ans de métier il faut régulièrement surveiller les actualités, suivre des publications spécialisées, suivre les actualités des influenceurs avec lesquels on travaille et ce que les concurrents réalisent. L’ouverture d’esprit parce qu’on est amené à être en contact avec tous types de personnes, que ce soit lors d’événements ou sur les réseaux sociaux. Rester humble et ne jamais juger ses interlocuteurs, au contraire : ce sont les prescripteurs de nos marques mais aussi et surtout des humains. Le fait que l’échange soit souvent virtuel ne doit pas laisser place à de la condescendance.

Qu’est ce qu’on ne dit pas sur ton job & que tu t’apprêtes à nous confier ? ;)

Saviez-vous que la consultante en recrutement en charge de ma candidature, tellement convaincue à force de parler de ce métier, avait planifié une opération plaquage/balayette pour prendre le job à ma place ? Bravo ENOA.

Merci pour ton témoignages & tes précieux conseils Thomas !

Separateur3points


Widget not in any sidebars
En savoir plus